theme1

Opinions

Vous ne serez peut-être pas d'accord
mardi, 22 juillet 2014 17:25

Je n'ai plus de dentiste

Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'autre jour j'avais rendez-vous chez ma dentiste.

Rien de grave, rassurez-vous.

Mais elle m'a annoncé qu'elle cessait d'exercer son activité libérale et qu'elle allait travailler dans un dispensaire comme dentiste municipal.

Elle m'a expliqué que, selon elle, il n'était plus possible d'exercer l'activité de dentiste libéral honnêtement.

En effet, la sécurité sociale impose aux dentistes des tarifs très bas pour les soins courants de sorte qu'il est impossible pour un dentiste de gagner sa vie correctement en faisant des soins courants.

Pour gagner sa vie, le dentiste doit faire des couronnes et d'autres soins exceptionnels.

Le problème est que les soins exceptionnels sont rarement nécessaires. D'après ma dentiste, la fréquence normale des soins exceptionnels n'est pas suffisante pour permettre aux dentistes de gagner leur vie.

La solution pour les dentistes est donc de multiplier, parfois artificiellement, les soins exceptionnels.

La sécurité sociale incite ainsi les dentistes à être malhonnêtes en les contraignant à faire des soins inutiles et coûteux. C'est vous et moi qui payons pour ces excès.

Ce problème n'est pas nouveau. Mais rien n'est fait. Cela en dit long sur la très mauvaise gestion de la sécurité sociale française.

D'une manière générale, je pense qu'il est pervers de mélanger un système de soins libéral avec un dispositif social de financement qui mélange assurance obligatoire et solidarité.

Je pense qu'il serait plus judicieux de supprimer le régime actuel de l'assurance sociale unique et obligatoire pour tous et la remplacer par, d'une part, un régime de solidarité financée par l'impôt et, d'autre part, un régime d'assurance obligatoire limité aux risques majeurs, mais avec une liberté de choix pour chaque citoyen de la société d'assurance ou de la mutuelle. Un peu comme ce qui existe en matière d'assurance automobile. C'est une assurance obligatoire pour les dommages aux tiers mais personne n'est obligé de s'assurer tout risque.

Lu 11927 fois

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Michel M. dimanche, 03 août 2014 21:49 Posté par Michel M.

    Bonjour,
    je partage votre analyse.
    Et je suggère un parcours de soins particulier :
    1/ que l'on puisse aller consulter librement une personne ou organisme qui prescrira le soin.
    2/ puis on choisira librement une autre personne qui exécutera le soin
    3/ l'organisme qui payera pourra vérifier le soin et évaluer l'ensemble du parcours.

Laissez un commentaire